Député de la 6ème circonscription du Bas-Rhin
Permanence au 03 88 99 98 21

Simplifier et renforcer les aides liées aux handicaps.

Si beaucoup de mesures existent déjà pour assister les personnes en situation de handicap, il manque une cohérence dans l’ensemble des prestations sociales qui leur sont versées.

Le Groupe Les Républicains a donc proposé, ce jeudi 7 octobre, de simplifier et de renforcer ces aides concernant près d’un million et demi de personnes.

Il s’agirait d’abord de rendre plus humain et moins automatisé le processus de demande en favorisant la réception physique de chaque demandeur qui le souhaite. Garantir à un demandeur de pouvoir être entendu avant tout refus nous parait effectivement essentiel.

Ensuite, il a été proposé de renforcer les aides en prenant notamment mieux en charge les altérations mentales et psychiques comme l’autisme ou la maladie d’Alzheimer.

Enfin, il a été demandé de baser l’Aide aux adultes handicapés (AAH) sur les seuls revenus du bénéficiaire, alors qu’elle est actuellement calculée sur les revenus du couple. Cela permettrait de lutter contre la dépendance financière des personnes handicapées.

Tous les groupes d’opposition ont eu un état d’esprit positif, avec le souhait de faire avancer la cause du handicap. Tous, sauf la majorité LREM, qui a refusé toute discussion.  

La Secrétaire d’État en charge du handicap a même refusé d’être auditionnée.  

En commission, les députés LREM ont déposé un amendement de suppression sur tous les articles. Aucune participation aux auditions, aucune proposition de modification du texte. Leur seule et unique démarche aura consisté à supprimer chaque article pour saboter le texte et le débat.

Restant sur cette ligne lors du débat en séance publique le texte a malheureusement été rejeté par la majorité « En Marche ». 

Jamais le pouvoir politique ne s’était montré aussi technocratique et déshumanisé dans son approche des grands sujets sociaux.